La Médée d’Euripide

CRÉON: Dis donc toi, avec ton œil hargneux et ta fureur conjugale, Médée, je t’enjoins de quitter ce pays, dont je te bannis, en emmenant avec toi tes deux enfants, et sans aucun délai !

Et sans aucun délai avec ça, non mais oh ! Une invective de fonctionnaire gradé ? Laissons le doute à charge de la traduction. Je ne parle pas le grec.

Pas de délai, rien, il n’est rien qui soit épargné à Médée l’abstruse, Médée à l’amour fécond, Médée la maniaque, le vouloir direct et inconditionnel, Médée l’amour adolescent en proie à la possession monumentale que Mme Blavatsky rêva d’avoir un jour, Médée investie du corps réapproprié de son frère depuis le pont de l’Argo. Jason crie Médée ! C’est une parade, il dit être en mesure de crier mayday, dans le palais, sous les volutes de marbre et de gypse, il explique calmement qu’en manager conscient et moderne il sait ce qu’il a à perdre mais qu’il ne faut pas s’en faire, il faut garder son calme, la circonstance est trop grosse d’enjeux, il connait sa condition, son statut peut choir, sa couronne peut tomber, même s’il est monté haut, son adresse au métalecteur est claire: je peux me retrouver au chômage comme tous et la réappropriation semi-automatique de mon statut n’est pas garantie; alors il montre une angoisse réelle et ses doigts s’agitent sur le clavier tandis que la caméra latérale capte son regard ahuri. Médée n’est pas dupe. Elle a préparé son char; mais l’ambiance est au mid-tempo pour ronger le frein de la déflagration à venir. J’écoute Patterns in the Ivy de Opeth; le piano est très similaire à la rêverie de John Paul Jones sur No Quarter, Led Zeppelin. Les monologues explicites divulguent le système axiomatique qui régit l’espace des tragédies. Richard II les instrumentalise dans le simulacre de sa chute chez Shakespeare (nous y reviendrons); Euripide est un ancien qui ne sait pas ne pas participer au système qu’il a lui-même créé. Il le découvre aussi… Il sait, en revanche, que le basculement doit venir du dehors. C’est le monstre incommensurable qui parait relativement petit au début. Pas infinitésimale, pas invisible, petit. C’est parce qu’il vient de loin et son détour est grand. Mais le Messager a tôt fait d’arriver pour le délivrer entièrement. Le cadeau de Médée était empoisonné. Le monstre ! Les monstres ! Comme dira Stupeflip. La chair de la Corinthienne est calcinée; ses convulsions ne seront jamais descriptibles. Les enfants sont sacrifiés. L’ombre de Blavatsky plane à plus de 3500 rétro-années. Elle plane sur le corps vivant de parjure que représente Jason. Médée indexe à l’origine les fautes de Jason pour les rendre éminemment visibles. Pourtant c’est une tragédie sans dieux, ils ont déserté même s’ils savent. Seul le Coryphée scande le développement méta-conscient de la pièce et pose les questions qui situent les avisements des personnages en dehors de la totalité en simulation. La merkava de Médée monte vers le soleil et ce sera le seul signe divin de la disruption venue de la Colchide dans le monde grec. Autant en emportent les vents.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s