Hic et Nunc 8: le personnage inoubliable

Il vivait dans leurs souvenirs comme un corps seulement peint, seulement plat et irréel mais présent, étalé au-dessus des épaules, reliant toutes les têtes en découpe de profile. Un corps contracté et sinueux comme les nuages carnés de Klimt terminés par une tête et constellés de motifs enfantins, peints à gros traits délavés vrombissant du regard fatigué que Schiele imprimait dans les visages saisis au fond d’eux-mêmes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s