Hic et Nunc 11: des lièvres dans le bus

En entrant dans le bus, il a soupiré
Le bus bondé stationnait en silence
A baillé le premier voisin
Le moteur démarré, les vitres plexiglass gondolées ont tremblé un vitrail fugace
La cathédrale volante a décollé
Il a soupiré au crissement de l’essieu
Il a pensé : avale, Aphex Twin, Rhubarb et Polynomial
Avale est le test de Samuel Hall
Qui a dit au monde à travers Bashung
Je vous déteste tous
Au 3e arrêt est entrée une passagère nouvelle
Son sac affiche: Fighting Animal
Écrit sous 2 lièvres anthropomorphes
Qui se caressent ou qui boxent
Comme les vieux jouets nerveux qui s’activent en grinçant pour constater le premier à tomnber
Son oubli automatique du symbole remonte à l’achat
Est-ce que c’était le but des graphistes esthètes anonymes qui ont conçu nuitamment dans une salle de travail obscure ce message hermétique ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s