Hic et Nunc 20: embodiment

La nuit ici tire son plus bel embodiment de la confusion. De l’anglais embodiment, incarnation en un corps, si personne n’établit de règles, ça veut dire que le corps a droit, en tapant lentement sur le clavier, en écoutant doucement de la musique jouée d’un cor électronique. Car ça craque à l’éclosion de la graine, lorsque la lumière solaire frappe à l’éclipse, avec les cauchemars et le silence qui drivent les rêves des hommes. Alors la confusion est mon épitaphe et oui, je sens que demain je vais pleurer. Rendre ça clair est aussi dur qu’échapper au mangeur du dehors qui voit ça de l’intérieur. Appelle ça la lueur de la lune, rêvant à la surface de la rivière, dormant sur les marches de la fontaine, attendant le bruissement de la montagne. Elle est la lumière solitaire de la lune cueillant les fleurs du jardin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s