Hic et Nunc 22: le verre antépénultième

Soirée entre amis. Pas vu depuis longtemps, ils sont encore loin, encore possible de boire une bière dans la nuit avant la rencontre. La bière est nécessaire pour la restauration d’une sensibilité émoussée et buvable. Impossible de faire autrement car l’attente crée le besoin du verre antépénultième. Le verre pénultième devra être bu pour se forcer à dire au revoir. Le dernier verre sera pour rentrer courageusement. C’est le plus facile. Le verre antépénultième est le plus difficile car il préfigure un champ des possibles encore trop important, alors que toute la tension vers lui veut réduire l’espace de phase en son point unique et singulier. Il comprend les deux verres suivants. Sans lui je ne comprends rien. Arrivé devant les amis, comment commencer. Il n’y a d’issue que dans l’espace neutre de ce qui se dit en général pour commencer. À quel moment cela va-t-il basculer dans le discours personnel qui devient agréable car il ne demande plus la recherche perdue des éléments extérieurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s