Le Projet

Cocteau dans Orphée: « Les miroirs sont les portes par lesquelles entre la mort »

Mais les écrans aussi, les télévisions, les smartphones, les surfaces tactiles et les surfaces noires, multicolores, éteintes, brillantes et éclatées. Tous les morceaux du rêve lisse de John Dee se retrouvent comme autant de portes pour la créature aux mille mousquets qui vient de l’ouest où le soleil s’est déjà couché.
Les quatre sens du texte biblique et partant, de tout texte à caractère divin: littéral, allégorique, moral et anagogique, le sur-sens. Peshat, Remez, Drash et Sod. P- R – D – S. Le Pardès, Paradis du lecteur avisé… L’exotérique, l’ésotérique, la limite et le projet divin. Le projet divin c’est ce que Dieu se propose de réaliser dans l’homme par chaque verset. Le lecteur avisé atteint ce point où comprendre le texte est se rendre semblable à Dieu. La vision externe de ce projet peut être un leurre d’orgueil, et du coup le pire de tous, digne de mort, la sortie définitive du projet. Sortie du miroir – entrée de la mort. As above so below, les deux côtés se valent dans la perspective de la même tournure qui se boucle sur elle-même à côté du projet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s