[Roman] Les deux corps du roi: Promenades et premiers flirts 14

18 ans plus tard, à Genève, je beuglais un peu sans fantaisie, de jour comme de nuit. Je faisais des promenades diurnes dans le parc des Bastions, en contrebas d’une petite ville de pierres verdâtres qui m’égayaient quand il s’agissait de profiter du trou du cul hale tant d’un bouledogue qui se sentait sûrement inspiré par les glaces au chocolat en défection sur des lèvres collantes de gamins affublés d’une mi-molle. Le canin avait l’air d’apprécier ça aussi quand il furetait avec sa truffe humide entre leurs cuisses pour en être tiré par son sphincter; je beuglais dans ma veste étroite en voyant ça. Bien sûr je ne le faisais pas vraiment, j’expirais doucement un air chaud qui caressait le bord de mes narines comme une vapeur malade qui se posait doucement sur la canopée protectrice recouvrant mon cerveau.

            Cette matinée commençait bien. Je m’empêtrais dans les rues étroites mais je m’en foutais – j’avais de l’argent. J’avais été embauché chez Tiers, conglomérat de luxe, chemises en coton filé main, montres à tourbillons multiples, petits porte-clés à franges de cuir rouge, et la lionne, dans les traîneaux et sur les toits, imperturbable dans la neige comme au milieu des humains en réception ; une lionne sur coussinets, en lévitation au-dessus de l’échange symbolique et de l’orgueil transformé en résidu d’âme des deux côtés de la transaction, l’égérie poilue de Tiers. Ma veste était trempée par ma sueur pleine d’assurance. Je marchais vite en accélérant en continu; la chaleur était un homme assis par terre qui se relevait pour m’enlacer à chaque relâchement. Il avançait comme la troupe de Woland devant Biezdomny, calmement derrière moi sans se laisser distancer. Je marchais devant la cathédrale de Genève quand je voyais ces pierres, ces fenêtres émasculées par Calvin (on m’avait raconté qu’il avait conseillé de raser tous les balcons pour protéger le peuple de lui-même et afin qu’il ne se laissât pas circonvenir par ces pédés d’Italiens) et ce chien qui chiait en reniflant des entrecuisses pré pubères. Je détournai le regard cela dit – de dégoût léger car je croyais sentir aussi ce coton douteux macéré dans la sueur pubienne et parce que j’étais curieux de ce dégoût et que je voulais le pousser un peu pour voir jusqu’où j’allais fourrer mon imagination humide et que ce coton sur ces cuisses pré pubères, ces cuisses qui ne produisaient encore aucun élancement précis mais une série de gestes hésitants qui tapaient sur les nerfs, était ce qu’il y avait de plus dégoûtant dans tout ça – en cherchant une place dans le café face à moi, où je pouvais m’installer pour boire et lire.

            Je m’approchais et l’atmosphère se couvrit un peu, je frissonnai un peu en pensant au Crabe Tambour et à la mort qui passe et à Kashmir qui jouait en fond devant les yeux bleus de Rochefort derrière la caméra; un nuage passait et offrait l’occasion d’une place transfigurée instantanément par des couleurs qui s’étaient gonflées de froid et tendues dans le vrombissement de l’après-midi, qui arrivait si vite pendant que je réfléchissais pensai-je. Comme il faisait plus clair, je choisis rapidement une place située devant la porte et commandai un verre de Syrah. Je le bus rapidement et m’en fus rapidement. Je remarchais, vers l’église russe cette fois en essayant de m’imaginer des cerfs se frotter contre les bois en s’enlaçant jusqu’à former des tores où les extrémités n’étaient plus visibles. Ils s’enlaçaient sur la place de Bourg du Four en reflétant l’aurore dans leurs yeux. C’étaient des yeux de poisson et sur le parvis du petit Louvre genevois, le musée d’Art et d’Histoire aux portes de fer noir, une femme aussi affichait des yeux de poisson tandis qu’elle était assise avec des paupières lourdes. Je relevai ses paupières en passant ma main dans son dos. Elle releva ses jupes dans la poussière de Babylone qui est partout et cogna la terre sous ses pieds. On allait alors ensemble un court instant en direction de l’église russe, jusqu’à ce qu’on ait pu, un peu avant, pénétrer par une petite porte dans un immeuble cher et blanc cassée de la cité lacustre. Elle avait une poitrine lacustre quand après un moment je glissais un couteau qu’un enfant m’avait offert il y a quelques jours, sous son sein droit. C’était un meurtre séparé par une cloison d’un autre enfant qui dort toujours.  Sa mère était à son poste dans un corner où son métier de vendeuse offrait par devers elle la frustration transactionnelle contre des varices; la nécessité de se nourrir et de renouveler la capacité de tout le foyer à former un isomorphisme acceptable avec le monde était le moteur de cette dialectique quand, au même instant, sa femme de ménage – elle aussi donc, suspendue à ses varices en plus des siennes – montait l’escalier du deuxième étage dans un immeuble blanc cassé de la rue de Lausanne, avec un sachet de provisions qui allait nourrir pour un temps elle et sa fille. Je ne suis pas sûr de savoir tout ça maintenant mais quand je tuais cette fille aux bois de cerf sous ses paupières de rascasse, je voyais les singularités de sa vie, des anfractuosités sur la surface lisse du cosmos de sa boule de neige. Singularités est le mot car elles exerçaient sur moi une attirance irrésistible, par-delà le point de non-retour de leur irrésistible présence qui pouvait à chaque répétition s’interpréter comme une analogie qui voulait se rassurer de son propre bien fondé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s