[Roman] Les deux corps du roi: Promenades et premiers flirts 16

Cette femme-sphinge passa à la cuisine pour préparer un non-repas-empilement. Elle prit un sachet qui contenait du pain coupé en tranches d’une épaisseur moyenne de trois-quarts de centimètre, avec des céréales apparentes et dures rien qu’à les voir, cuites en masse dans un four qui leur avait donné un air authentique de fruit sué sous le soleil de Caïn. Elle écarta les tiges de fer souples reliées de plastique bon marché qui servaient de fermeture, défroissa le bout non refermé par la machine à emballage du sachet dans un crissement plastique de cinéma filmé humilié sur les pavés du pop-corn par une foule réelle figée derrière l’écran. Elle introduit sa main en glissant l’index et le majeur entre la croûte désunie et rêche et le plastique qui se tendait au même moment toujours dans ses crissements ; les deux doigts épousèrent dans le frottement la croûte à pleine pulpe. D’un geste de retrait satisfait, elle dégagea deux tranches en insérant dans la section acérée par les arêtes formées par la découpe, les pulpes molles et déformées aussitôt en épaisses petites pelles de chair à pain; soulevant un bord, elle agrandit ainsi considérablement l’espace entre la deuxième et la troisième tranche, permettant au reste de la main de venir se saisir cette fois sans chi chis de ce qui, à cet instant, était passé d’un état de pain innocent et languide à celui d’ingrédient saisi par  l’urgence du tumulte stomacal. Étalés côte à côte, les deux carrés de pain s’émiettaient sur un plan; la course contre la montre avait commencé, contre la perte de saveur et d’eau qui revenaient toujours aux anges affamés et insoucieux de son bonheur. Elle avait en tête le plan de préparation très simple d’un sandwich classique à trois ingrédients plus condiments. Le beurre n’avait pas été sorti au préalable. Elle ouvrit la porte du réfrigérateur et prit le pavé fermement adorné de sa soutane d’aluminium colorée d’amour incontinent promotionnel inaccessible aux foules érotomanes agitées de vouloir se débarrasser de leur part maudite. Elle le posa sur le plan, l’arête d’une face fortuitement parallèle à celle de la tranche la plus éloignée, si bien que le tableau général offrait la contemplation d’un vol carré mietteux emprisonné par deux bourreaux multiraciaux – de la pornographie quotidienne qui ne pouvait trouver son sens qu’au fond de la gorge. Elle prit le couteau avec lequel je lui avais gratté l’intérieur des côtes de la cage, fait des trous sous le sein et l’aisselle – je l’avais débutée comme un gigot et oublié comme un con de mettre des morceaux d’ail dans les plaies pour plus de saveur. C’était à son tour de faire la démonstration de ses talents de ménagère, et avec force méthode et sang-froid, étaler régulièrement le beurre sur au moins une tranche, mais deux pouvaient s’envisager si notre héroïne maculée d’elle-même était une gourmande. Seulement le beurre trop froid est une matière à la difficulté d’étalement notoire qui se combine avec ses facultés ductiles féminines, dont la tendance à emporter dans sa surface lisse et douce des morceaux entiers avec les miettes du corps est une source de désespoir et de soupçon en direction d’une extinction prochaine et souhaitable. La souplesse du conglomérat d’ingrédients artificiels cuit était grevée par le vol thermique du beurre qui suçait littéralement au pain son âme au prix de sa propre consistance. A la fin, toute la surface finit par être recouverte d’une matière à moitié solide, à moitié solide-ductile, qui formait la surface même dans toute son épaisseur irrégulière d’éventrement reconduit – l’œil ne pouvait se poser nulle part, repoussé spasmodiquement par le tressautement des miettes à vif. Mais cela n’empêchait pas le bon déroulement du plan ourdi dans le profond sein de l’habitude: la tomate, une seule – et encore, car elle n’aimait pas vraiment ça, c’était le commun d’un sandwich d’en avoir mais le fruit-légume-rouge-gland-légume-sans-organes ne lui causait qu’une gêne nauséeuse quand sa mastication diffusait des sucs jugés froids et insipides. Mais encore ces sucs étaient un moindre mal en comparaison de ce que le rêve, à jamais dérobé par les exploitants sans ombres et un monde-fantasme déchu du possible infini-irrégulier-parfait pavage, promettait de possiblement insupportable à chaque bouchée répétée dans le fruit dégoulinant tombé du vide intérieur au dehors dessus tout contre et à côté partout sorti luisant lentement dynamique sur le menton comme une larme trouble échappé d’une Marie Sanglante Salope Couche-toi Là. Une seule tomate à mapper aussi régulièrement que possible si on ne voulait pas d’irrégularité de rapport entre les différents ingrédients ou de densité absolument imposée de l’espace comestible par la tension anticipée du fond du cul qui fait trembler les mains dans ce bruit vrombissement – toujours l’après-midi était continuait de dégouliner dans le pantalon des garçons et des femmes défilant sous les yeux attentifs de la chaleurs assise sur les pavés comme un homme – densité qui aurait pu se résoudre en un simple rapprochement des bouchées. Mais enfin ces considérations techniques détaillées sur la découpe restaient somme toute très théoriques et la découpe elle-même s’amorça très naturellement: les gestes mille fois répétés dans la complicité tacite du chemin critique total étaient exécutés l’un après l’autre avec une attention particulière apportée au fait de ne pas faire glisser la lame le long de la peau tendue et ainsi de risquer une incision trop basse et donc une régularité envolée ou une tomate gâchée au profit d’un nouvel essai – il ne pouvait y en avoir que trois, limite numéraire des fruits disponibles en stock et dont le coût en termes de temps, de risque de confrontation avec moi et de simple violence à l’inertie des actions planifiées dans une suite mentale latente empêchaient d’envisager un réapprovisionnement à court-terme. Elle fourra les tranches dans la mie pour que ça tienne. Un peu excédée et moqueuse, toute à autre chose, elle commença à bâcler ce travail honnête. Elle était visiblement dégoûtée par ce jus de bite rosâtre dont la tomate, pas fière, détrempait les tranches et les miettes, formait une boue régurgitée qu’on ne savait trop qui allait ré ingurgiter; mais ce n’était pas fini. Le jambon maintenant. Elle ouvrit la porte du réfrigérateur avec ses dents, glissa, se fit mal au genou. Le paquet était en plastique, les tranches pressées dans le confinement baillaient et soufflaient de la buée comme des enfants mal élevés collaient leur récipient buccal sur les organes reproducteurs de l’échange symbolique – les vitrines – que certaines enseignes bien pourvues animaient d’automates mécaniques. Tout ça fatiguait, faisait beaucoup transpirer les tranches empilées, si bien que nous nous mîmes à écouter attentivement le paquet en espérant, dans le feutre de l’ambiance, entendre l’écho d’un gémissement de jambonneau. Rien ne vint et dans la lie de la couleur génération Mercator flash elle fit un trou qui accueillit le gros couteau. Les tranches étaient fines et la nuit, tendre; le faon allaitait brun. Elle-il pétrissait sa mamelle contre le pis baillant au-dessus d’un verre cacao sa haine laiteuse au chocolat qui se densifiait au contact de la farine laineuse tout au fond dispersée dans le verre doseur posé tout là comme ça, cul par-dessus plan de travail. Elle redevenait faon-cerf tandis que sa veauoisine dormait et l’autre encore évoquée entamait l’holocauste des reliefs du dernier repas de la journée. Et alors, quand elle était faon et qu’elle faisait un sandwich sous les risettes du crépuscule et la bonhomie réverbère, elle levait sa tête au-dessus du verre comme le soleil se lève derrière la tête des clochards célestes et les moustaches vernies des cosaques zaporogues, et fendait la sécheresse des terres infécondes et des femmes craquelées à fleur de jets brisés opaques brunis des selles mûries dans son sein malade. Une odeur de merde envahit toute la pièce et les étages comme l’eau, et les yeux comme le gaz. Mais que n’eussé-je pu supporter pour avoir droit ne serait-ce qu’à une miette de ce délicieux sandwich en confection lente et sûre comme toutes les pièces de maître et d’art, accomplies en secret par des petits démons dévolus à leur orgueil manufacturier; ils brûlaient tous après dans le plomb fondu de leur pécher, d’avoir nourri innocemment leur femme avec la nourriture tirée de leur sein à elle, d’avoir nourri innocemment leur homme avec la nourriture tirée de leur sein à elle. La farine crépitait de petites bulles formées comme la mousse des crabes excités à la surface du lait recouvert d’une couche hermétique et étanche. Elle fouetta le mélange et mit les tranches de jambon à tremper quelques minutes raisonnables, dont elle profita pour aller rapidement se changer en saignant par terre et claudicant à cause de la douleur des membres altérés dans leur mouvements par l’altération de leurs parties; l’altération pouvait alors s’expliquer en profondeur par les dérivées successives au point continu de la gêne. Elle gaina ses seins dans un joli soutien-gorge blanc diaphane qui laissa apparaître deux traces humides marron à la place des tétons. Elle regarda un instant tristement ces deux taches dans la glace et haussa un peu les épaules avant qu’un élancement aigu ne la saisisse à travers son aisselle comme une note interminable de Bitches Brew ou le bruit marron qui fit décharger sa plèvre par son artère de poil et de transpiration. Pendant ce temps les tranches avaient pleinement eu le temps de se gorger de ses saveurs à elle; c’était le cochon cuit dans le lait de sa mère par le bruit électrique de l’odeur aux yeux plantés dans le bleu du ciel, les coudes sur le rebord de la fenêtre, les poings enfoncés dans les joues. Elle tira les tranches de leur saumure usée comme une vieille pute ; elle finit dans l’évier et plus jamais nous n’en entendrons parler. Les tranches luisaient comme des flippers roses bonbon au fond d’une salle inanimée. Je réservais à tout une mort d’ennui, l’extinction thermique idiote suite à une déperdition de chaleur inutile. Mais derrière chaque geste stupide se cachait le messie timide qui reflétait le ciel dans un coin d’œil joueur, et il s’en revenait après chaque tentative dans sa ziggourat un peu humide et prenant la tête entre ses doigts effilés comme des amandes crues, il s’en remettait à la stupeur devant ses excuses stupides et le tremblement de sa fièvre « non… non non… il fait trop chaud…. oulala non, on va attendre demain…. j’ai à faire… . mpfff je ne sais pas trop, est-ce bien la peine…. »; derrière chaque geste stupide se cachait d’ieu comme un fond diffus de beurre mal étalé sur la traanche (pour signifier la multitude de tranches qui allaient être engendrées). Son contact froid glaçait d’ennui les tomates détruites comme les maisons visqueuses de Gomorrhe; il était seul dans la ville, cow-boy puant rédempteur en la demeure, traînait sa couenne dans l’eau sucrée des cavernes basses de plafond. Ce gros jambon offrait dans sa naïveté un compromis doux et acceptable entre le dégoût et la mise en perspective du sandwich, son insertion dans l’histoire buccale, papilles anales qui allaient se souvenir longtemps de cette dilatation expresse. Elle termina brièvement le sandwich avec deux tranches de fromage, produites comme les deux tranches de pain sauf qu’au lieu d’avoir trouvé le sachet de plastique souple dans le tiroir sous l’évier, elle trouva un paquet de plastique dur dans le frigidaire. Elle les plaqua de telle sorte que le coulis laiteux du jambon compressé remonta sur les côtés au même niveau que les tranches; la tranche de pain du dessus vint écraser le tout et elle engloutit la préparation en trois bouchées marquées par une mastication forte qui devait prendre le pas sur le goût et la taille des morceaux composites encombrants, sans rien me laisser.

            Comment tu t’appelles ? Delphine. Très bien. Tu as des voisins ? Oui. Ils nous aurons entendus tu crois. Je ne sais pas. Tes voisins pourraient avoir tout entendu bien sûr. Mais leur témoignage restera derrière un mur, un mur immuable et éternel, fait de laine de verre et de plâtre. Mais aussi de support de souvenirs, d’étagères et de perspective éternelle. C’est une voisine ? Elle a une fille ? C’est bien. Elles doivent manger et entretenir des conversations sans tout recommencer, dans la confiance des agréments filiaux, c’est une convenance de s’assurer de la compréhension et de la présence d’un membre; ce n’est pas vrai, pas à chaque fois mais cela doit être vrai car c’est une hypothèse sous-jacente aux liens de sang. Tu as des liens de sang en cours ? Oui, ma mère vit, mon frère vit et est jeune. Bien. Alors tu prendras comme socle allant à leur rencontre de ne jamais pouvoir les importuner et dans leur éventuelle résistance contre ça, ça les rassurera. J’allumai de nouveau une cigarette, laissai en débord mon coude de la fenêtre qui traînait toujours par là. Vu subjective encadrée, je guettais le bon moment pour mettre les voiles. Je lui demandai à boire et elle se leva aussitôt; je fixai alors mon regard sur ses cuisses de daim doucement poilues d’une livrée lustrée et entretenue. Tzvi en la demeure, si près de la forêt Holzweg fendu entre deux choix qui coûtaient. L’un commandait l’abandon de l’appartement et la retraite dans la périphérie pour se sentir universellement Homme, Adam Kadmon implicite. L’autre laissait le corps dans la ziggourat urbaine et dressait un cénotaphe dans la forêt, et commandait au cerf – des ruades des ruades, fais fais, des ruades et des faons à tous les étages. Je n’en pouvais plus, je m’ennuyais. Elle m’avait servi un verre de sirop d’orgeat, alors qu’il ne faisait pas chaud, donc je ne me sentais plus désiré dans cette maison. Je pris ma veste, restée tout ce temps sur l’accoudoir du canapé, entachée maintenant de son sang répandu en de fines projections nerveuses qui me rappelait le standard illustratif sur les premières de couverture des auteurs scandinaves hypersensibles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s