L’eschaton de novembre

Après quelques années de guerre et de claires semences de batailles on a commencé à trouver des traces. La population alentours commençait ses promenades dans les décombres, à l’ombre des ancres laissées dans les champs. Des navires échoués aux cimes des arbres restés debout. Des chars ventrus avaient éventré des troncs avec leurs racines, plein face en arrivant lentement les paysans contemplaient les cimes tomber avant de se faire incendier eux-mêmes par les hommes de novembre. La cime bascule en avant plein face dans les décombres organiques et c’était le spectacle perdu palpé à bout de doigt par les promeneurs. L’état de siège levé avait laissé le corps démesuré de l’eschaton se rependre sur la terre. Le prix juste payé pour un héritage bradé, c’était incommensurable, de perte dans le présent à tout le corps de Nimrod rapporté du temps abandonné des anges. Des morceaux de roses gelées d’un bout à l’autre de la campagne affectent encore le souvenir des promeneurs, sans crier gare de devanture, d’affiche, sans rien laisser anticiper. Le regroupement militaire du temps s’est fait à des kilomètres à la ronde et se concentre encore progressivement comme une géométrie du module qui pétule dans ses singularités samplées. Une grenade à la main plus personne ne se souvient les yeux rêveurs et la main tranchée, du sang à l’intérieur, la pétulance de la plèvre module le champ imprécis de ses représentations pour plus de sensations, toujours plus de goût et de regards incurvés dans leur scintillement. La fin de l’histoire a toujours déjà pris sa place démesurée dans la forêt à tout regard ouverte et abandonnée à la première main qui se sera penchée la première entre le macrocosme et le microcosme déglutis en même temps sur la table. Sur la table de Faust se concentre Wallerstein pour porter son coup à Gog, et Gog qui est fort du père s’avance pour finir l’histoire, Magog qui pose encore une question et recommence l’état de siège dans la forêt circulaire. Chacun est l’accidentel protégé de son prochain en gestation.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s