Philip K. Dick 2

Le docteur Bluthgeld parcourt la crête sans parler au chien, en grinçant des dents il voit la jeune fille, et ses pieds presque bots de vieil analyste fourchent le long du petit sentier caillouteux. Il dévale la pente verte qui se termine en bleu sarcelle dans l’eau contaminée de particules radioactives; roulant des yeux il grince des dents et sent le vent souffler dans sa gorge des prémonitions sombres de son sentier mis orbite comme une momie sous une peau qui brille comme du plastique noir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s